Bergson : la politesse œuvre du coeur et de l’esprit

Publié sur sens.fr

1885 : Henry Bergson à 25 ans. Jeune professeur de philosophie au lycée de Clermont Ferrand, il dispense un cours d’une dizaine de pages sur la politesse.

Henri Bergson la politesse : Youri Fedotoff

Une politesse qui ne soit pas appréhendée à la seule apparence des manières mais surtout de l’esprit et peut être plus obscurément du cœur.

Contemporain de la seconde révolution industrielle, aux prises avec l’idéologie ambiante caractérisée par une confiance immodérée dans les progrès de la science, Henri Bergson dénonce alors l’apparente simplification de la pensée humaine découlant des avancées de la science. Un scepticisme à l’encontre des apparences trompeuses qu’il développe magistralement à l’occasion de son cours sur la politesse.

Lire sur sens.fr

Partager sur les réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *